safe_image.php
Pauline Marois veut l’indépendance du Québec…mais elle veut aussi:

  • Conserver le dollar canadien comme monnaie avec tous les avantages que cela implique
  • Avoir un siège (droit de regard) à la Banque du Canada, institution d’un pays étranger évidemment…(cherchez-moi un autre cas dans le monde)
  • Aucun contrôle frontalier, tout le monde peut aller au Canada et revenir, pas de frontières!
  • Libre de circulation des biens et produits, sans taxes ni normative.

Moi, je lui dirais:

Pauline, tant qu’à y être, pourquoi ne pas conserver le passeport canadien? Nous ne voudrons surtout pas que les Québécois soient obligés d’obtenir des visas pour aller à Riviera Maya ou à Paris!

Gardons aussi l’aide fédérale aux familles, Pauline. Non, pas les jeux gonflables à la Fête du Canada. Je te parle de l’argent que nos familles québécoises reçoivent pour chaque enfant et qui leur permet souvent de payer les garderies privées à 30$ par jour.

Et puis, la péréquation, Pauline, il ne faut pas laisser cela sur la table! Sinon, comment allons-nous boucler le budget du Québec et continuer à vivre au-dessus de nos moyens comme nous le faisons si bien?

Pauline, un loto 649 avec ça? Envoye-donc!

=========================================

À lire: http://www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec-2014/201403/12/01-4747048-independance-marois-voudrait-conserver-le-huard-et-une-frontiere-ouverte.php


violencia_en_venezuela
Secoué depuis un mois par des manifestations et des affrontements, le Venezuela sombre de plus en plus dans l’instabilité. Le gouvernement présidé par Nicolas Maduro, héritier de Hugo Chavez élu en 2013 par une mince marge, fait face à un mouvement de contestation plus ou moins organisé (frôlant par moments l’anarchie) mais d’une persévérance digne de mention. Lire la suite »

Écoutez le silence

Publié: 14 janvier 2014 dans Politique québécoise

Un show débute aujourd’hui avec la commission parlementaire sur la charte de valeurs proposée par le parti québécois.

Soyez attentif, écoutez le silence de la majorité silencieuse. Essayez de ne pas vous laisser envahir par les groupes minoritaires qui feront du bruit pendant ce processus stérile qui braque les projecteurs sur les dérapages les plus infectes.

Drainville et compagnie auront accompli leur mission. Faire de la diversion en attendant les élections.

Ne tombez pas dans le piège, écoutez le silence.

Embarquement prioritaire, mon œil

Publié: 20 novembre 2013 dans Non classé

Si vous avez pris l’avion récemment, vous allez probablement sourire en lisant ces lignes.

Il fut un temps où seulement un groupe ultra restreint de passagers pouvait embarquer, en premier et en toute quiétude, lorsque le processus d’embarquement d’un vol débutait.

Cette catégorie de passagers unique avait, selon la compagnie aérienne, une dénomination qui revenait souvent à « voyageurs fréquents » ou quelque chose dans le style. Il y avait, bien sûr, ceux qui voyageaient en première classe. Une sorte d’élite, bref, qui passait en avant tout le monde et, avouez-le, qui nous faisait chier un peu.

Aujourd’hui, avez-vous remarqué comment ces catégories de voyageurs « privilégiés » se sont multipliées?

« Nous allons débuter l’embarquement de notre vol avec les voyageurs en première classe, classe affaires, voyageurs fréquents et Gold Members, Privilège Aéroplan,….(la dame au micro reprend son souffle)… Super Élite, Élite Gold, Élite, Super Travelers, femmes enceintes, personnes handicapées ou à mobilité réduite et familles voyageant avec des jeunes enfants… » (la dame est presque bleue à la fin de la phrase).

Tant qu’à y être, appelez donc les détenteurs de la carte de l’âge d’or chez Mc Do ou ceux qui ont voté pour Régis Labeaume aux dernières élections municipales!

Résultat: nous sommes 4 personnes à atteindre que ces passagers « privilégiés » montent dans l’appareil dans une cohue totale pour ensuite embarquer, en toute quiétude, en dernier SVP, dans l’avion.

Une farse, avez-vous dit? Vous êtes gentils.


enfant_philippines
Une tragédie, encore une autre, amène désolation et larmes au peuple philippin.

La peur et l’insécurité qui font suite à Hayan, énième typhon d’une saison meurtrière, peuvent se lire dans le regard de ce petit enfant détrempé. Démuni et ayant probablement comme seule possession son t-shirt trop grand pour lui et un carton sur lequel est inscrit «Survivant» et son nom, cet enfant attend probablement qu’on lui annonce que ses parents son disparus à jamais.

Son regard ne nous dévoile pas son avenir mais il nous fait vivre un présent d’une tristesse infinie.

Pour faire un don à UNICEF, c’est par ici.

Image  —  Publié: 12 novembre 2013 dans Actualité internationale

Nos voisins ont peut-être faim…

Publié: 11 novembre 2013 dans Société
Tags:

L’idée d’une pauvreté exclusive aux pays en développement se désintègre lorsqu’on apprend que près d’un million de Canadiens utilisent les services de distribution de nourriture d’une banque alimentaire.

Cette information, diffusée subtilement par Radio-Canada il y a quelques jours, nous faisait aussi part du fait que plus d’un tiers des usagers des banques d’alimentation au Canada sont des enfants. Des enfants dont les parents n’ont pas les moyens de satisfaire un besoin primaire : se nourrir. Lire la suite »


Être indifférent face à l’anarchie et la déflagration sociale de son pays est presque un délit. Impossible d’éloigner le regard de sa patrie natale lorsqu’elle se désintègre en essayant de tourner une page de son histoire. Le moment est beaucoup trop important pour s’évader dans le confort de la société qui m’accueille depuis une quinzaine d’années. Lire la suite »